6 choses que vous ignoriez sur vos voyages en avion !

On peut prendre l’avion des milliers de fois sans s’en douter ou même se poser la question,

Voici ce que j’ai découvert sur les voyages en avion :

 

# 1 : A l’heure actuelle dans le ciel circulent presque 10 000 avions

Selon le site de suivi de vol FlightAware , il y a en moyenne 9 728 avions en même temps dans le ciel .

Vous pouvez découvrir ici la carte en direct qui regroupe tous les avions actuellement en vol.

De mon côté j’adore utiliser ce site pour savoir facilement si l’avion d’un proche que je vais récupérer aura du retard.

Et sinon, info inutile mais originale, le jour de l’an est le jour avec le moins de trafic aérien, le site compte environ 3 354 vols en même temps.

# 2 : Non ce que vous voyez de la fenêtre n’est pas du ruban adhésif (enfin pas le même)

Ça nous arrive d’apercevoir par la fenêtre quelque chose qui ressemble à du ruban adhésif sur les ailes de l’avion.

Effrayant, mais rassurez-vous, il s’agit en fait d’un adhésif très puissant, capable de tenir même à plus de 800 km/h. Il s’appelle d’ailleurs le « Speed tape ». En réalité ce produit est utilisé uniquement pour les légères réparations qui sont urgentes.

 

avion

 

# 3 : Les compagnies aériennes ne nous donnent pas la durée exacte du vol

Vous avez déjà fait un vol d’une durée de deux heures, mais lorsque le pilote est sur le point de décoller, l’annonce dit que le temps de vol sera 1h30? Les « fausses » estimations de temps de vol sont une tactique de plus en plus utilisée par les compagnies aériennes pour améliorer leurs statistiques concernant leur ponctualité à l’arrivée. Ainsi, même si elles décollent tardivement, elles peuvent techniquement être à l’heure lorsqu’elles atterrissent.

 

# 4 : Le vol commercial le plus court du monde dure moins d’une minute

Le trajet Loganair Westray – Papa Westray (Ecosse) est le vol commercial le plus court au monde.Les vols sur cette route sont prévus pour une minute et demie, et le temps de vol réel est plus proche d’une minute. Le record du vol le plus rapide est de 53 secondes. La route est pilotée par Loganair, une compagnie aérienne régionale écossaise qui dessert les Highlands et les îles d’Écosse. Ce trajet coûte £ 17.

# 5 : Les contrôleurs aériens sont très bien payés

Ce qui est compréhensible, ils sont au sol les responsables de ce qui se passe en l’air. Comment dire, grâce à eux les avions ne se rentrent pas dedans.

Ce travail nécessite une immense concentration, le contrôleur aérien effectue une mission attachée à de lourdes responsabilités et confrontée à un stress permanent. Il travaille le weekend, la nuit, mais aussi durant les vacances. En France, un contrôleur aérien prend sa retraite à 59 ans.

 

# 6 : L’air dans l’avion est aussi sec que dans un désert

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous êtes si déshydraté quand vous sortez d’un long vol? L’humidité dans les cabines d’avions n’est que d’environ 20%, ce qui est inférieur à la moyenne d’environ 25% du désert du Sahara.

Imaginez le choc en arrivant dans un pays comme la Guyane qui a 90% d’humidité. Cette impression que la chaleur vous tombe dessus, c’est aussi lié à l’humidité.

L’avion doit pomper dans l’air extérieur pour diluer l’air à l’intérieur de l’avion, qui est chargé de dioxyde de carbone par les passagers et la respiration de l’équipage et des gaz provenant des vêtements et des sièges dans la cabine. L’air qui est pompé est très sec, car à 30 000 pieds, il est difficile de retenir l’humidité, selon l’ingénieur Daniel Dettmers.

 

avion

Voilà, si vous aussi vous n’en saviez rien, n’hésitez pas à partager autour de vous.

Si ça vous a plu, n’hésitez pas à liker ma page FB : AskATravelAddict et me suivre sur Instagram 

 

Vol surbooké – Tout savoir pour ne pas se faire avoir ?

C’est parti, vos valises sont enregistrées, vous avez passé les différentes sécurités et vous voilà devant votre porte d’embarquement. Après quelques minutes tranquillement assis en attendant qu’on vous appelle, vous entendez une annonce. Le vol est surbooké. Il n’y aura pas de place pour tout le monde. Certaines personnes ne monteront pas dans cet avion… peut-être vous ?

Bien évidemment il y a ceux que ça ne dérange pas… une nuit de plus sur place? pourquoi pas, en plus je suis indemnisée.

Et si je travaille demain, comment je fais moi ?

Bref vous l’avez compris, cela n’arrange pas toujours tout le monde.

Pourquoi les compagnies aériennes surbookent leurs vols ?

Le refus d’embarquement existe bel et bien. Vous aurez beau avoir une réservation, une carte d’embarquement, une preuve d’achat etc… il peut arriver qu’on vous refuse un siège dans un avion.

Cela arrive quand une compagnie aérienne vend plus de sièges qu’il n’en n’ont : le surbooking.

C’est une pratique légale que les compagnies utilisent pour remplir les sièges vides des passagers qui ne se présenteront pas à l’embarquement. Cela augmente leur profit. A vrai dire c’est un calcul délicat : Vendre peu ou risquer de vendre plus quitte à payer des compensations aux clients… C’est pour ça que la plupart des entreprises calculent sur plusieurs années quels sont les vols avec le plus d’absences. Par la suite ils peuvent calculer quels vols peuvent être surbookés et de combien.  Ce n’est malheureusement pas une science exacte car il y a énormément de facteurs en jeu  (météo, humain, trafic..). Ainsi il arrive souvent que quelques vols soient trop remplis, surbookés.

En chiffres cela représente 50 000 personnes par année (aux usa)

En général, les compagnies doivent demander s’il y a des volontaires pour laisser leurs sièges et prendre un autre vol… en échange d’une indemnisation. Mais il arrive parfois que vous vous retrouviez dans cette situation sans l’avoir voulu. Soit car il manque des volontaires, soit car la compagnie n’a pas cherché de volontaires.

 

vol surbooké

Comment éviter de se retrouver dans cette situation ?

Il existe malgré tout des choses à savoir pour éviter de se retrouver à devoir prendre le prochain vol.

Que vous ayez des obligations ou pas, voici ce qu’il faut faire pour diminuer les risques de se retrouver dans cette situation:

  • Arriver le plus tôt possible (ou encore mieux, enregistrez-vous en ligne avant même d’être partis de chez vous). Les derniers passagers à s’enregistrer sont généralement ceux qui se retrouvent involontairement à prendre le vol suivant.
  • Être devant la porte d’embarquement dans les premiers, afin d’augmenter vos chances de garder votre réservation.

 

Connaitre les indemnisations quand vous vous retrouvez sur un vol surbooké ?

Les indemnisations sont différentes en fonction du pays d’origine du vol ou du pays d’arrivée. Les règles changent d’un pays à l’autre ainsi que d’une compagnie à une autre. Malgré cela, depuis 2004, L’Union Européenne a pris des mesures pour gérer et alléger les problèmes liés au surbooking à l’embarquement.

Les passagers qui peuvent bénéficier de ces mesures sont ceux voyageant sur

  • des vols réguliers ;
  • vols charter;
  • des vols compris dans des packages de voyage.

Attention, cela s’applique uniquement pour les passagers qui partent d’un État membre de la Communauté européenne ou qui voyagent à destination d’un État membre dès lors que le vol est assuré par un transporteur de la communauté européenne (ou si le pays d’origine propose un traitement similaire).

Connaitre vos droits

Si vous vous retrouvez (ou choisissez d’être) refusé à l’embarquement d’un vol surbooké (au départ d’un état membre de l’UE), vous aurez le choix :

  • Voyager sur un autre vol jusqu’à votre destination finale. Cela se fera automatiquement dans les meilleurs délais, mais si vous souhaitez repousser votre billet, vous pouvez le demander.
  • Se faire rembourser l’intégralité du prix du billet

A la suite de ce choix, et peut importe celui-ci, la compagnie aérienne doit vous verser une indemnité pour compenser les désagréments, qu’elle soit en argent ou en bons de voyage. Pensez à le réclamer et ne quittez surtout pas l’aéroport sans la preuve et l’assurance écrite de cette compensation : 

  • 250 euros pour les vols de moins de 1500 km ;
  • 400 euros pour les vols de 1500 à 3500 km ;
  • 600 euros pour les vols de plus de 3500 km.

De plus, la compagnie doit également prendre à sa charge toutes les dépenses qui seront occasionnées par leur faute. Soit,

  • frais d’hôtel et de restaurant ;
  • coût d’un appel téléphonique ;
  • transfert éventuel vers un aéroport différent

Aux Etats-Unis, si vous choisissez d’être volontaire lors d’un vol surbooké pour prendre le prochain vol en échange d’une indemnité, sachez que :

  • Plus le temps entre les vols est élevé, plus les indemnités augmentent
  • Certaines compagnies offrent des repas, des coupons, des écouteurs gratuits pour le vol suivant
  • Vous pourrez être surclassé en 1ère classe
  • Ou recevoir une admission dans un salon business.

 

Voilà, vous savez tout, n’hésitez pas à télécharger mon Ebook (gratuit) pour apprendre à dénicher des billets d’avions vraiment pas cher